Palmarès Women Equity Sud Est 2017
Publié le 23 Novembre 2012

En septembre 2012, Dow Jones VentureSource a publié une étude portant sur la féminisation des directions des entreprises soutenues par des investisseurs en capital-risque et notamment mesuré l’éventuel impact sur le succès de ces start-ups au cours des quinze dernières années.

Le panel de l’étude est constitué de 20 194 entreprises ayant eu recours à des investisseurs en capital risque entre 1997 et 2011.

La proportion de femmes au sein de l'encadrement varie au cours des différents stades de développement d’une entreprise

Les femmes sont sous-représentées parmi les cadres de ces entreprises, comportant en moyenne 2 femmes pour 9 hommes. Par ailleurs, les entreprises qui ont eu recours au capital-risque avant 2006 présentent aujourd’hui une  plus grande proportion de femmes parmi leur encadrement. A l’inverse, les entreprises soutenues par le capital-risque à partir de 2011 montrent la plus faible proportion de femmes parmi leurs équipes de cadres. Une première tendance se dégage : les entreprises nomment ou recrutent davantage de femmes cadres au fur et à mesure de leur développement.

L’étude publiée par Dow Jones VentureSource centre ensuite son attention sur le premier et le dernier stade de développement, autrement dit la création de l’entreprise et la sortie de l'investisseur.

En ce qui concerne le lancement, on constate une sous-représentation des femmes dans l'encadrement des startups. Plus encore, seulement 1,3% des entreprises du panel ont été fondées par une femme, tandis que 6,5% des startups ont à leur tête une PDG. En revanche, la proportion de femmes cadres évolue positivement lors des premières années d’existence d’une startup. Ainsi, si 17% des startups comptent au moins une femme parmi leur management lors de leur création, ce chiffre bondit à 41% dès la phase de développement produit et atteint 66% lorsque l’entreprise devient rentable.

L’étude s’intéresse ensuite à la sortie du capital-risqueur, que l’entreprise soit rachetée, fusionnée ou introduite en Bourse. A ce stade de développement, le nombre médian de cadres est de 13, cette médiane étant de 12 pour les cadres masculins et 2 pour les cadres féminins. La proportion d’entreprises comptant au moins une femme parmi leur management lors de leur cession a crû de 43% depuis 1997. En revanche, si cette proportion atteignait 71% en 2003, elle est retombée à 61% in 2011. L’étude révèle également que 64% des entreprises dont la sortie de l'investisseur a été couronnée de succès avaient au moins une femme cadre

La proportion de femmes au sein du management est très diverse selon les secteurs

La proportion de femmes au sein de l'encadrement des entreprises du panel diffère nettement selon leurs secteurs d’activité. Les secteurs employant la plus grande proportion de femmes cadres sont les secteurs de la santé (41%) et des services aux particuliers (40%). A l’inverse les entreprises appartenant aux secteurs de l’énergie (23%), et l’industrie (23%) affichent les proportions les plus faibles.

La proportion de femmes au sein de l'encadrement d’une entreprise semble influer sur ses chances de succès

Afin de prouver l’existence d’une corrélation entre la féminisation d’une entreprise et sa réussite, Dow Jones VentureSource a divisé son échantillon en deux catégories, selon que les entreprises aient ou non rencontré le succès.

La proportion médiane de femmes cadres se situe à 7,1% pour les entreprises ayant rencontré le succès, contre 3,1% pour les autres entreprises. Selon Dow Jones, ces derniers résultats statistiques démontrent qu’avoir un plus grand nombre de femmes au sein de l'encadrement d'une entreprise est créateur de valeur.

Les chances de succès d’une entreprise s’accroissent en même temps qu’augmente le nombre de femmes nommées à des postes-clés. Ainsi, lorsque le nombre de femmes à un poste de directeur augmente de 10%, les chances de succès (comparativement aux autres entreprises) augmentent de 6%. Lorsque le nombre de femmes occupant un poste de responsable de service augmente de 10%, les chances de succès d’une entreprise augmentent de 3,3%.

On constate cependant que les résultats analysés diffèrent nettement selon qu’on considère la totalité du panel ou chacun des secteurs d’activité représentés. Ainsi, la proportion médiane de femmes cadres est plus élevée au sein des entreprises ayant connu le succès dans les secteurs des technologies de l’information, de la santé, des services financiers et des services aux particuliers, soit les quatre secteurs les plus importants en terme de taille.

La présence d’une femme PDG influe-t-elle sur les chances de réussite d’une entreprise ?

Seulement 6.5% des entreprises privées ayant eu recours au capital-risque entre 1997 et 2011 avaient à leur tête une femme PDG. Les analyses menées par Dow Jones VentureSource tendent toutefois à prouver l’existence d’une corrélation entre le succès d’une entreprise et la présence d’une femme PDG à sa tête.

En revanche, le fait qu’une entreprise ait été fondée par une femme ne semble pas avoir un impact sur ses chances de succès. Un élément explicatif serait le fait que, le nombre de femmes ayant fondé une entreprise étant si faible (1%) il est difficile d’analyser une quelconque corrélation, même au sein de chaque secteur. 

Analyse comparative entre les entreprises ayant été couronnées de succès et celles ayant échoué

L’étude Dow Jones affine ensuite son analyse comparative en confrontant les entreprises dont le succès ou l’échec sont définitivement avérés. Parmi ces 8 688 entreprises, 49,7 % ont rencontré le succès, 50,3% l’échec.

Les entreprises comptant une ou deux femmes parmi leur encadrement ont davantage échoué tandis que les entreprises en comptant trois ou quatre semblent avoir légèrement plus de chance de succès. Concernant les startups comptant au moins cinq femmes cadres, 61% ont réussi, et seulement 39% ont échoué.

L'analyse sectorielle montre également que dans chacune des quatre industries avec les plus grands panels (services financiers, services aux particuliers, santé, et technologies de l'information), les sociétés qui comprenaient au moins trois cadres féminins ont moins échoué.

On observe par ailleurs une corrélation entre la chance de survie d’une société et le fait qu’elle ait une femme à sa tête. L’analyse par secteur montre que ce lien existe dans le secteur des services aux particuliers, et des technologies de l’information. Dow Jones rappelle au passage que ces deux secteurs sont ceux qui, au cours des cinq dernières années, comptent le plus grand nombre d’entreprises ayant recours au capital-risque. 

Méthodologie

L’analyse porte sur des données extraites de la base de donnée Venturesource. Les entreprises étudiées ont leur siège social aux Etats-Unis mais l’étude prend en compte l’ensemble des cadres, quelque soit leur lieu de travail. Les 20 194 entreprises du panel ont soit été épaulées soit cédées par des sociétés de capital-risque entre 1997 et 2011.

L’échantillon ainsi constitué compte 167 556 cadres, parmi lesquels 11 193 sont des femmes. Leurs postes ont été ainsi catégorisés : fondateur, PDG, membre du conseil, top management, directeur et responsable de service.

Par entreprise à succès, on entend ici les entreprises qui ont été cédées par une introduction en Bourse, celles qui ne sont pas cotées et rentables, ou dont le montant du rachat des parts a été supérieur au montant investi par le capital-risqueur. Les entreprises n’ayant pas été couronnées de succès sont regroupées selon deux sous catégories : les entreprises n’ayant pas encore réussi et les entreprises ayant échoué. Les premières, bien qu’indépendantes, n’ont pas encore connu le succès comme défini précédemment. Les secondes ont cessé leur activité, ont fait faillite ou ont été rachetées pour un montant inférieur à l'investissement initial.

Download

pdf

.PDF (310649 o)

Women at the Wheel

L'étude Dow Jones dans son intégralité

External link

Dow Jones

Related Link

Entrepreneuriat féminin

Le Comité Economique et Social Européen fait de l’entrepreneuriat féminin...

Women in Business

Catalyst report contradicts commonly held assumptions about women's efforts...

Entrepreneuriat féminin

Éclairages et grands résultats de l'Index et du Palmarès 2012

Subscribe

Vous souhaitez accéder gracieusement à l’ensemble des contenus disponibles sur le site (études, comptes-rendus de recherche, interviews, etc.) ou à la newsletter de Women Equity for Growth, inscrivez-vous.

Enregistrez-vous