Palmarès Women Equity Sud Est 2017
Publié le 25 Juin 2012

Lors de la campagne présidentielle, François Hollande a multiplié les prises de position en faveur de l’égalité hommes/femmes. Leur traduction intervient notamment dans la nomination d’un gouvernement paritaire, dans le nombre de candidatures présentées, soutenues et parfois élues aux législatives, ainsi que dans la conférence sociale du 9 et 10 juillet. Retours sur les premiers pas de la majorité.

L’égalité professionnelle au menu de la conférence sociale du 9 et 10 juillet

Du 9 au 10 juillet se tiendra au palais d'Iena une "grande conférence sociale" pour la croissance et l’emploi. L’une des sept tables rondes de cette conférence sera animée par Najat-Vallaud Belkacem et dédiée à l'égalité professionnelle homme-femme et à l'organisation du travail.

Durant la campagne, François Hollande avait suggéré le vote d'une nouvelle loi augmentant les sanctions à l'encontre des entreprises ne respectant pas l’égalité professionnelle. Dans un article des Echos, Najat Vallaud Belkacem déclare à ce sujet : "Il faut par ailleurs une perspective plus large sur l'égalité professionnelle. François Hollande a prévenu que les entreprises qui abusent des temps partiels contraints se verraient pénalisées, notamment par des suppressions d'exonérations de cotisations sociales. 70 % des temps partiels subis concernent des femmes. C'est le véritable angle mort de l'égalité professionnelle. Nous verrons avec les partenaires sociaux comment sécuriser le parcours de ces femmes et hommes précaires en y travaillant branche par branche plutôt qu'en imposant une solution taillée de toute pièce. ".

Najat Vallaud Belkacem , Ministre du Droit des femmes et porte-parole du gouvernement
Najat Vallaud Belkacem , Ministre du Droit des femmes et porte-parole du gouvernement

Un gouvernement paritaire ?

François Hollande s’était engagé à former un gouvernement strictement paritaire. Force est de constater qu’il a respecté cet engagement puisque le premier gouvernement Ayrault compte aujourd'hui 19 femmes et 19 hommes. Plus encore, et contrairement à ce que François Hollande avait laissé entendre durant la campagne, cette parité s’accompagne d’un réel partage des responsabilités puisque sur les 18 ministres du gouvernement, 9 sont des femmes. Notons toutefois que seule Christiane Taubira, ministre de la Justice, se voit confier un ministère régalien. De même, comme le révèle Libération, l’immense majorité des membres des cabinets ministériels sont des hommes : « 140 directeurs, chefs de cabinet et conseillers avaient été officiellement nommés. Parmi eux, seules 38 femmes, dont 5 directrices de cabinets, 4 directrices adjointes de cabinets et 5 chefs de cabinets ».  

Soulignons enfin la nomination de Najat Vallaud Belkacem en tant que ministre du droit des femmes. Son rôle a été précisé dans le décret du 24 mai 2012 relatif aux attributions du ministre des droits des femmes : « Le ministre des droits des femmes prépare et met en œuvre la politique du Gouvernement relative aux droits des femmes, à la parité et à l’égalité professionnelle. Il est chargé de promouvoir les mesures destinées à faire respecter les droits des femmes dans la société, à faire disparaître toute discrimination à leur égard et à accroître les garanties d’égalité dans les domaines politique, économique, professionnel, éducatif, social, sanitaire et culturel. Il veille à leur application. Il est chargé, par délégation du Premier ministre, de coordonner la mise en œuvre, par l'ensemble des départements ministériels, de la politique en faveur de la parité et de l'égalité entre les femmes et les hommes. Il prépare et suit les travaux du comité interministériel chargé des droits de la femme»

Plus de femmes à l’Assemblée Nationale ?

Le programme de campagne du président nouvellement élu prévoyait une loi sur le non-cumul des mandats, ainsi que l'introduction d'une part de proportionnelle aux élections législatives afin d'aboutir à une plus grande parité de l’Assemblée nationale. De plus, son programme de campagne annonçait que « les partis politiques qui n’observeraient pas une stricte parité dans leurs investitures ne pourraient plus de leur côté bénéficier de dotations de l’Etat », promesse confirmée cette semaine par Najat Vallaud Belkacem. S’accordant avec cette exigence, le Parti Socialiste a désigné 45% de candidates lors de sa convention d’investitures aux élections législatives de décembre 2011.

Au lendemain du second tour des élections législatives, on compte 155 femmes élues députées, contre 107 en 2007. L'Assemblée Nationale nouvellement élue compte donc 26,86% de femmes, sachant que la moyenne mondiale est de 19,7%. Cette élection place la France au 10e rang européen, selon les statistisques de la fondation Robert Schuman publiées le 18 juin 2012.

Au sein du Parti Socialiste, 106 députées ont été élues, soit 37,7% des élus du parti. Sur les 17 elus d'Europe Ecologie-Les Verts, 9 sont des femmes. L'UMP, qui a investi moins de 28% de femmes, compte  27 députées, soit 14 % de ses 206 représentants. Enfin, notons qu'aucune femme n'a été élue sous les couleurs du Modem et du Nouveau Centre.

Related Link

Women in Business

Campagne présidentielle : propositions des candidats en faveur des PME-TPE

Women in Business

Pour ou contre les quotas dans la Haute Fonction publique ?

Women in Business

L’égalité hommes-femmes dans la campagne présidentielle 2012

Women in Business

Le Pacte pour l’égalité, 20 propositions pour atteindre l’égalité...

Women in Business

La Commission respect de L’Homme du MEDEF formule des recommandations...

Subscribe

Vous souhaitez accéder gracieusement à l’ensemble des contenus disponibles sur le site (études, comptes-rendus de recherche, interviews, etc.) ou à la newsletter de Women Equity for Growth, inscrivez-vous.

Enregistrez-vous